DMX : La grande dépression

DMX : La grande dépression

Earl Simmons aka DMX nous a quittés ce 9 avril 2021. Décédé des suites d’une overdose, qui l’a laissé dans un état végétatif plusieurs jours durant, le rappeur s’est éteint à l’âge de 50 ans. Retour tracklist sur la carrière d’un grand du rap game.

Par SK.  The Great Depression, en français "La grande dépression", est le titre du quatrième album du rappeur de Mount Vernon. C’est à partir de cet opus, certifié disque de platine, que sa carrière et sa vie personnelle ont commencé à décliner. A l’occasion de son décès, ce 9 avril, nous vous proposons cette rétrospective autour de la tracklist de l’album.

 

School Street

Au départ, Earl Simmons, de son vrai nom, mène une enfance agitée. Pourtant, lorsque le père quitte très tôt le domicile, la mère désormais chef de famille, tente le maximum pour préserver le petit Earl du chaos. Il est scolarisé à New York, à l’internat de Yonkers. Néanmoins, le traumatisme ne s’efface pas et le futur DMX est en colère. Comme tous les garnements, il développe la fâcheuse habitude de fuguer pour faire l’école buissonnière. L’institution échouant, la rue sera son professeur et pour s’équiper, Simmons adopte un pitbull.

C’est très tôt également, trop tôt, qu’il expérimente les relations tendues avec les forces e l’ordre, lorsque la police abat son fidèle compagnon sous ses yeux.

De trauma en traumas, sa violence s’accroît, en même temps que son amour excessif pour les chiens, jusqu’à des actes de tortures répétés sur plusieurs bêtes…

Who we be*

They’ll be the Ruff Ryders…* A la vie, à la mort, la rue c’est les frères et par chance, le siens sont déjà bien implantés dans la musique. DMX lui, excelle dans le Beatbox. Avec ses bruits de bouche, D la colère peut vous épargner la conception d’une instru. Et puisque le rythme est déjà là, la suite logique est de poser. Earl en a des choses dire ! Il gratte, il kick et la bande commence à se dire qu’il y aurait peut-être quelque chose à faire avec lui.

Jadakiss, Styles-P et Sheek Louch, qui forment les The Lox depuis le début des années 1990, enchaînent les mixtapes. A la fin de la décennie, le succès se pointe enfin et le trio a ses entrées dans le game, notamment grâce à l’intervention d’un certain Puff Daddy. New York c’est grand, mais le business est un petit milieu où chacun se connaît et se voit évoluer. Sean Combs, l’homme d’affaires aux dents qui rayent le plancher, a toujours eu le flair pour repérer le talent…

1997, The Notorious BIG est mort assassiné et Puff Daddy organise les hommages au sein de la grande famille Hip-Hop. La veuve a déjà témoigné sa douleur à ses côtés avec un hit qui rafle le Grammy de la meilleure prestation rap par un duo ou un groupe. La disparition de Biggie a réellement laissé un vide. Aussi, celui qui sera un temps le mari de Jennifer Lopez observe les big up pleuvoir sur New York en deuil. Cette même année donc, The Lox sort "We’ll always love Big Poppa". Mister Combs saisit l’occasion et propose une collaboration au trio sur le titre I"t’s all about the Benjamins", qui en réalité sera le titre qui scellera la signature des auteurs de Money Power and Respect chez Bad Boys Records. Cependant, le talent indiscutable de DMX leur fera quitter l’écurie peu de temps plus tard. 

Dans la bande, il y a aussi Dj Clue ! Super coté dans le milieu, il a depuis toujours la fibre entrepreneuriale. Chez Def Jam Record comme à la maison, il comprend rapidement comment on fait beaucoup d’argent dans ce business. Avec Ken Ifill et Skane Dollar il monte sa propre structure en 1997 : Desert Storm, qui signe des Fabolous, des Dj Envy ou des Joe Budden.

Enfin, dans l’équipe il y a surtout les frères Chivon Dean, Dee et Waah. Si tous ont contribué à développer le talent mutuel de chacun, ce sont eux qui amorceront le mouvement le plus concret pour faire naître la carrière de l’interprète de "Get at me dog." DMX leur offrira effectivement l’occasion d’exploser en tant que producteurs.

C’est Chivon, qui se charge de démarcher les maisons de disques après avoir convaincu The Dog de se mettre sérieusement au rap. Ça ne donne rien. Difficile en effet de convaincre l’industrie de miser sur du rap hardcore, porté par un artiste qu’il serait impossible de transformer en entertainer de masse. Depuis 1988, la fratrie avait fondé Ruff Ryders mais s’était surtout fait connaître en tant que managers. Ayant introduit leur neveu Swizz Beatz dans la team de Russell Simmons, ils décrochent un contrat pour leur pote qui publie dans la foulée et avec la participation du mari d’Alicia Keys son premier album : I"t’s dark and hell it’s hot", en mai 1998. Ce projet propulse directement DMX comme référence du rap hardcore en prenant la tête du classement Billboard. Un premier quadruple disque de platine pour un phénomène qui s’étend jusqu’aux classements canadiens. Galvanisé par ce succès, mué par la soif de dire tout ce qu’il garde en lui depuis si longtemps, DMX publie un second album, six mois plus tard.

Avec "Flesh of my flesh, blood of my blood", quadruple disque de platine lui aussi, le New-Yorkais est le deuxième rappeur à réussir l’exploit de placer deux albums de suite à la première place du même classement après Tupac. C’en est assez pour Dean Chivon  qui réalise alors que la famille peut se suffire à elle-même. Ruff Ryders prend une nouvelle direction et signe un deal avec Interscope.

De leur côté, Jadakiss et ses potes commencent également à se lasser de la direction artistique proposée par Bad Boys Records qui fabrique des starlettes plus qu’il n’encourage les mauvais garçons à parler de la rue.

Ainsi, les frères débauchent DMX et Swizz Beats qui seront rejoints par Jadakiss, Styles-P et Sheek Louch, qui amorcent chacun des carrières solo. D’autres artistes tels que Cassidy et Eve feront les beaux jours du label jusqu’à sa mutation en 2010.

Bloodline Anthem

C’est donc sous la bannière familiale que l’interprète de "What’s my name" sort "…And there was X", son troisième album studio. L’artiste est alors au sommet de sa gloire. En cet hiver de l’année 1999, il réalise encore un strike en plaçant le projet en tête de classement et raflant au passage une certification quintuple disque de platine. Entre-temps, le très chrétien DMX réaffirme publiquement sa foi, interprétant comme une révélation ce qui sera confirmé plus tard comme les prémices de sa bipolarité. Les troubles, le succès, l’argent, les drogues; DMX amorce une descente aux enfers.

Aaliyah et DMX​

Une autre tragédie vient fragiliser son équilibre, le décès de la chanteuse Aaliyah, le 25 août 2001. On le verra apparaître en introduction du clip, tourné avec plusieurs artistes dont elle était proche, sur son morceau "I miss you". Les deux stars avaient partagé le tournage du film "Romeo must die", avec Jet Lee. Ensemble, ils avaient créé et clippé le titre "Come back in one piece" pour la B.O.

Un second décès à commémorer pour le rappeur qui rend hommage à sa grand-mère disparue sur I miss you, en feat avec Faith Evans, figurant sur son quatrième album. "The Great Depression" sort en octobre 2001. Ce quatrième opus fonctionne moins bien que les autres, bien qu’il se classe au top et décroche un disque de platine. Il enchaîne avec "Grand Champ", à la rentrée 2003, disque de platine également.

A la même période, l’artiste est en plein conflit avec Def Jam, qui détient les éditions de ses précédents succès. Sa vie privée, les comptes qu’il règle en musique-notamment avec ce paternel qui a mis à mal son éducation avec "A minute for your son"… Et cette foi, toujours au cœur de son art. DMX a donné beaucoup, à son public, à ses producteurs (mais pas au fisc). Déjà père de plusieurs enfants à l’époque (on lui en connaît dix-sept au total), il a envie  de se consacrer aux siens et rêve d’une pause…

When i’m nothing…

Il publiera un cinquième album puis, un sixième après voir changé de label. En 2008, alors qu’il prépare le septième, il est condamné à la prison pour "maltraitance envers les animaux". La police confiera plus tard avoir fait à son domicile, et à plusieurs reprises, de macabres découvertes impliquant des chiens enterrés, mutilés… Il effectue ses trois mois puis retourne immédiatement en studio. Alors qu’il travaillait avec sa dream team (The Lox, Swizz) à laquelle il avait ajouté le duo de génies, les Neptunes ; la sortie sera retardée.

Les reports deviendront pour lui une fâcheuse habitude. Pendant ce temps, Def Jam sort des Best of regroupant les meilleurs titres de DMX ("The definition of X : The pick of the litter" en 2007 ; "Playlist your way" en 2009; "The best of DMX" en 2010).

Les problèmes s’accumulent. Le délire s’aggrave. Finalement, "Undisputed" sort à la rentrée 2012. L’album ne remporte aucune certification et l’aura n’est plus la même. En 2013, DMX retourne en détention après avoir violé sa période de probation. En 2018, même épisode, pour fraude fiscale cette fois. Celui qui rappait "I get scared" fera un an de détention.

En dehors des péripéties et en plus de son héritage musical, DMX se sera également illustré en tant qu’acteur. Parmi la vingtaine de longs-métrages auxquels il a participé, on se souviendra notamment de son interprétation du rôle de Buns, aka Tommy Bundy, aux côtés de Nas dans le film "Belly" (1998).

DMX demeure une pointure et son nom continuera d’imposer le respect dans le monde du hip-hop.

 

* Les intertitres reprennent des morceaux de l'album "The Great Depression" de DMX: "School Street": "L'école de la rue"/ "Who we be": "Qui nous serons"..."Ils seront les Ruff Ryders"/"Bloodline Anthem": "Hymne aux liens du sang"/"When i'm nothing": "Quand je ne serai plus rien".



En ce moment sur Generations

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios