Découvrez les deux titres qui rythment les émeutes

Découvrez les deux titres qui rythment les émeutes
crédit photo émeutes : Le DL/ Gregory Yetchmeniza

Deux musiques qui collent à la situation actuelle pour des milliers d’auditeurs.


Depuis quelques jours, deux morceaux ont vu leurs streams grimper en flèche. Les morceaux "Fuck le 17" et "Prêt à partir" sont devenus de vrais hymnes, depuis le début des émeutes en France.

Cela fait une désormais une semaine que Nahel, un jeune de 17 ans, a été tué par balle par un policier à Nanterre, après un refus d’obtempérer. Dès le soir même du drame, des manifestations et des émeutes ont retenti dans tout l’hexagone. Entre choc, indignation, colère et révolte, la mort de l’adolescent a secoué tout le pays (et a également suscité les pires débats et réactions émanant principalement de l’extrême droite). Si de nombreux artistes du rap game ne sont pas restés silencieux face à la situation, leurs auditeurs non plus.

En addition à la rue et aux réseaux sociaux, c’est également en musique que la colère du peuple s’est fait entendre. En seulement quelques jours, deux titres phares du rap français ont vu leur streams exploser sur les plateformes. Le titre "Fuck le 17" du groupe "13 Block", qui avait d’ailleurs fait polémique à sa sortie en 2019, a multiplié par cinq son nombre de streams. On parle quand même d’un morceau sorti il y a quatre ans et qui, selon Ventes Rap, dépasse aujourd’hui les 20 000 écoutes par jour.

La deuxième musique à faire écho à l’actualité est "Prêt à partir" de SCH, en feat avec Ninho dévoilé en 2018. C’est surtout une punchline de NI en particulier qui résonne dans le cœur de beaucoup de personne aujourd’hui. Ce dernier disait : "Ils veulent pas qu’ça brûle comme en 2005, pourtant, ils font les mêmes erreurs". Il fait ici référence à la mort de Zyed et Bouna, deux ados également tués par la police en tentant d’échapper à un contrôle. Une phrase malheureusement, qui prend encore tout son sens après la mort de Nahel. Ninho s’est par ailleurs exprimé récemment sur le sujet sur France Inter.

C’est quand même bien dommage que ces titres poignants augmentent leurs streams dans de telles circonstances.