Lacrim : "Je suis dans le Top 4 du rap français"

Lacrim  : "Je suis dans le Top 4 du rap français"

L’artiste se confie sur sa place dans le rap aujourd’hui.

Lacrim était l’invité de Medhi Maïzi dans "Le code". Une interview dans laquelle il s’est exprimé sur sa carrière, sa musique et les rappeurs d’aujourd’hui.

L'artiste parisien a dévoilé le 10 décembre son nouvel album "Persona Non Grata", très attendu par ses fans. Il s’est d’ailleurs mesuré à d’autres grands artistes puisque l’opus est sorti en même temps que les albums de Rohff, Jul ou encore Koba La D. Pour ce projet, Lacrim n’a pas lésiné sur les moyens. Il a par exemple, caché des billets de 500 euros dans les précommandes et poursuit désormais sa promotion.

Invité dans l’émission "Le Code" de Medhi Maïzi sur Apple Music, Lacrim s’est exprimé sans filtre sur sa vie, sa carrière, ses moments difficiles, sa vision des rappeurs français et la place qu’il occupe au sein du rap game. C’est connu, le secteur musical est un secteur difficile. Il n’est pas rare d’entendre des artistes s’exprimer sur les difficultés qu’ils ont pu connaître ou certains passages à vide. De plus, le succès peut être éphémère et le plus dur, c’est aussi de perdurer dans le temps. Sur ce point -à, Lacrim semble n’avoir rien à craindre. Il dit d’ailleurs lui-même faire partir des meilleurs rappeurs :

"Tout le mouvement qu’il y a maintenant, je le trouve super, moi. Que les jeunes fassent des chiffres, c’est incroyable et c’est super. Mais, après, je me place dans le Big 4. Je me place dans le Big 4 et tous les jeunes qui sortent aujourd’hui des albums, ils m’ont écouté avant. Je reste entre guillemets pour moi, en toute humilité je suis un peu une légende de ce rap. Tu vois ce que je veux dire ? Par ce que j’ai apporté dans la musique."

Il ajoute :

"Je ne suis pas rappeur, je suis un artiste. C’est quoi qui fait que je suis dans le Big 4 ? Ce n'est pas mon niveau de rap. C’est ce que je dégage, c’est ce que je ramène. Et ce que je ramène, je le dois à dehors, à ce que j’ai vécu. Je ne le dois pas à la musique. C’est le travail."

L’interprète de "L’immortale" a parlé, même si certains de ses propos ne seront certainement pas approuvés par tout le monde…