Rap Confinement : Nadjee explore de nouvelles pistes

Rap Confinement : Nadjee explore de nouvelles pistes

Nadjee en profite aussi pour prendre du recul.


Casanier, Nadjee n'a pas forcément senti de gros bouleversements dans sa manière de travailler durant cette période si particulière. Ce qui le gêne le plus, c'est l'ambiance un peu lourde qui nous entoure. Vous pouvez aussi retrouver les autres épisodes de cette série avec les interviews de Hatik, Gianni, GLK, S.Pri Noir, Benab, Sean, Lestin, Zed Yun Pavarotti et Lujipeka.

Comment travailles-tu durant le confinement ?

Je me réveille, ensuite je m’isole dans une pièce pour bosser tout l’après-midi. Le soir, j’essaye de faire autre chose. Je suis casanier donc c’est plutôt simple de rester à la maison pendant le confinement.

Est-ce que cela freine tes activités ?

Cela freine les clips et les sorties mais ce qui me gêne le plus, c’est l’atmosphère pesante planant au-dessus de nos têtes. Il faut se défaire régulièrement de cette atmosphère pour se sentir bien, et être plus productif.

Comment fais-tu pour y remédier ?

Je me fixe d’autres objectifs, comme être plus actif sur Instagram, par exemple. En cette période, je m’ouvre plus aux autres. Je fonctionne de la même manière sur la musique car je travaille avec d’autres beatmakers à distance en ce moment. J’en profite pour prendre le temps d’écouter les prods qui me sont envoyées par mail. De temps en temps, je fais de la musique avec ma soeur Shanice quand on se croise dans la maison (rires).

Quelles solutions as-tu trouvé pour travailler avec ton équipe ?

Avec mon équipe nous travaillons à distance. Nous prenons du recul sur notre travail afin d’être plus efficace lorsque tout se sera calmé.

Tu as sans doute plus de temps, à quoi l'utilises-tu ?

En ce moment, j’exploite le temps pour faire davantage de son et me familiariser avec mon nouveau matériel. Je tente des méthodes de travail différentes pour apprendre à mieux me connaître. Le confinement, ce n'est pas évident au quotidien, mais cela peut forcer l’introspection.

Propos recueillis par Grégory Curot