Kanye West et Drake : la guerre des panneaux publicitaires...

Kanye West et Drake : la guerre des panneaux publicitaires...

Ye et le 6 God ne lâchent rien...


Drake et Kanye West sont des grands gamins. La différence, c'est qu'ils ont énormément de moyens. Alors qu'ils sont à nouveau entrés dans un clash actif, ils ont décidé que tous les moyens étaient bons pour mettre la pression sur l'autre. Après l'esbroufe d'une date de sortie de leurs albums respectifs le même jour, le vendredi 3 septembre, ils se "battent" maintenant à coups de panneaux publicitaires. Attention, ils ne se les envoient pas à la figure mais les achète pour mettre de la publicité, dans le but certain de mettre la pression à l'autre. C'est ainsi qu'on vu apparaître des publicités pour "Donda" dans toute la ville de Toronto, la cité natale de Drake...

Mais, local de l'étape, Drake ne s'en est pas laissé compter et il a racheté les panneaux pour y mettre sa propre publicité et y passer son propre message...

On peut notamment lire : "Ta nouvelle aventure est une fan" ou "Tu joues trop, dommage que la vie ne soit pas un jeu..." Des messages à peine déguisés à destination de Kanye West ? A moins que cela ne soit des lyrics tirés de "Certified Lover Boy". En effet, le Canadien ne s'est pas arrêté à sa ville natale. Il a lancé une grande campagne de publicité à travers les Etats-Unis avec le même type de messages. C'est de cette façon notamment qu'il a annoncé les featurings qui figurent sur "CLB". Ainsi, à Chicago, on a appris qu'il avait collaboré avec Lil Durk. A los Angeles, il a confirmé la participation de Ty Dolla Sign et Giveon. A Atlanta, on a vu apparaître les noms de Young Thug, Future, 21 Savage et Lil Baby. Même Yebba et Project Pat ont leur propre panneau d'affichage à Memphis. C'est celui de New York qui pose question. On peut y voir avec cette inscription : "Hé New York, le GOAT est sur CLB." On peut lire selon deux sens. Soit il annonce la participation de Hova à "CLB" soit il fait référence à Nas ou Nicki Minaj. On peut aussi le voir comme une provocation : aucun n'est là, il rappelle juste qui est le meilleur.