SCH : on était au Zénith de Paris

SCH : on était au Zénith de Paris

"Jvlivs" a été bien fêté.

Plusieurs fois remis, le concert parisien de SCH a enfin eu lieu et le résultat valait certainement l'attente. Le rappeur est enfin monté sur la scène du Zénith de Paris ce dimanche 22 mai à un horaire inhabituel puisque le rendez-vous était donné à 18h. Mais bon, après tout, terminer le week-end avec le Marseillais, c'était finalement plutôt une bonne idée. Surtout que le rappeur aux cheveux longs n'a pas fait les choses à moitié. Ecran géant, décor digne d'un quai de déchargement de la cité phocéenne, le décor est planté, c'est celui de "JVLIVS" dans lequel SCH laisse libre cours à son alter ego trafiquant. On est donc sur le port de Marseille et il débarque évidemment... en bateau. Oui, oui, vous avez bien lu. En bateau sur la scène du Zénith de Paris, il fallait quand même le faire. Mais, finalement, ce n'est que la suite logique de la vidéo d'introduction dans lequel on le voit arriver à vive allure dans le port à bord d'un puissant Zodiac. Et là, pas le temps de souffler, SCH nous prend directement à la gorge et commence à dérouler les morceaux qui composent "JVLIVS II" en priorité mais pas que, il fera quelques incursions dans ses autres projets. Mais l'idée directrice est claire : c'est le "Son des bandits" comme diraient ses camarades des Psy4 de la Rime.

L'ambiance est pesante, le son est lourd, SCH est dans le truc et surtout il a capté l'attention du public qui suit ses moindres mouvements ou inflexions de voix. Même l'atmosphère visuelle est dans les tons sombres : du noir, du blanc, du mauve, c'est métallique, ça a la couleur d'un Glock ou d'un Beretta, on n'est pas là pour rigoler. Mais le rappeur marseillais non plus. Il n'a pas de backeur, il n'y a pas sa voix pour le guider ou le faire souffler sur les prods, il ne se laisse pas de moment de répit, le public est conquis, à juste titre. Deux heures de rap sans quasiment reprendre son souffle, on valide à fond et vu ce que l'on a vu dans un Zénith plein à craquer, on n'est pas les seuls...

La seule respiration intervient après une heure de show. SCH se change avec des vêtements plus colorés, l'ambiance visuelle se fait plus douce, on rentre dans un club. Il déroule alors des titres plus dansants, plus ouverts comme ceux qu'il a en commun avec Jul ou, évidemment, "Bande Organisée". Il fait monter Hamza (avec il chante notamment l'inédit "Fade Up") et Soso Maness sur scène, partage plus avec le public, lui aussi ressent la joie qui parcourt la salle. Cela dure environ une demi-heure puis tout change à nouveau quand "Jvlivs" fait son retour. Retour à la dureté et à des titres plus hardcores, plus "violents". Mais cela n'altère en rien l'enthousiasme d'un public totalement derrière le rappeur marseillais.

Et le show se termine, deux heures après son démarrage, avec "Loup noir" dont la dernière phrase est à la fois un avertissement, un espoir et un mantra. C'est surtout, sans doute, la meilleure des conclusions :

Vivons cachés, vivons gantés, faisons l'tour du monde entier
Avant qu'une balle nous arrête, J.V.L.I.V.S

Grégory Curot