Pusha T envoie un diss-track à... McDonald's

Pusha T envoie un diss-track à... McDonald's

Il fait d'une pierre deux coups.

Ce n'est une découverte pour personne, Pusha T n'a pas la langue dans sa poche quand il est en colère. Il n'a pas hésité à dévoiler le fait que Drake avait un enfant caché lorsque les deux rappeurs sont rentrés en beef, obligeant, de fait, le Canadien à assumer sa paternité et à reconnaître Adonis, son fils. Aujourd'hui, le King Push vient de révéler qu'il s'est associé à la franchise de fast-food Arby pour l'aider à faire la promotion leur nouveau sandwich au poisson épicé. Pour réussir dans cette entreprise, la moitié de The Clipse a sorti l'artillerie lourde et a purement et simplement balancé un diss-track qui vise McDonald's et son Filet-o-Fish.

Le paradoxe de cette histoire, c'est que Pusha T a écrit le jingle "I'm Lovin' It" pour la plus célèbre franchise de burgers en 2016. Selon une source, il aurait écrit le slogan, la publicité et son thème musical. La sortie du King Push contre McDo pourrait d'ailleurs trouver son origine dans leur collaboration. Derrière, sans surprise ou presque, une histoire de gros sous. Pusha T a bien reconnu avoir travaillé pour la firme de Ronald mais a aussi compris qu'il n'avait pas été payé à sa juste valeur pour un slogan qui a été repris partout, tout le temps comme il l'a déclaré un jour dans une interview à Rolling Stone.

"Je suis seul responsable du slogan 'I'm Lovin' It' et du jingle de cette campagne. Je l'ai fait à un très jeune âge à un moment de ma carrière où je ne demandais pas autant d'argent ni la propriété de mes oeuvres. Je ne l'ai compris que plus tard. Je me suis dit : "J'ai fait ça, j'aurais dû avoir plus de retours. Je crois que mon frère et moi avons pris un demi-million ou un million, mais ce sont des cacahuètes quand tu vois le succès du jingle et du slogan."

Donc, il fait cette fois fait d'une pierre deux coups. Un, il réalise une publicité pour une de ses partenaires. Deux, il se rappelle au bon souvenir d'un de ses anciens employeurs... Pas de doute, il a compris la leçon...