Kanye West : les immenses répercussions de son interview à "Drink Champs"

Kanye West : les immenses répercussions de son interview à "Drink Champs"
Kanye West s'enfonce toujours un peu plus.

La vidéo a disparu mais cela n'entame pas la détermination de Ye.


La dernière interview en date de Kaney West a fait de très très grosses vagues à tel point que la famille de George Floyd envisage des poursuites judiciaires. Mais ce n'est pas tout. Devant la teneur polémique des propos tenus par Ye, YouTube a finalement mis la vidéo du podcast "Drink Champs" hors ligne et un de ses animateurs, le rappeur N.O.R.E a même présenté ses excuses. Mais Ye ne s'est pas arrêté en si bon chemin, puisque dans la foulée, il a annoncé la tentative du rachat du réseau social d'extrême-droite américain Parler afin de lui garantir une vraie liberté de parole. Kanye West avec un tel outil, c'est l'assurance que les polémiques vont continuer puisqu'il n'aura désormais aucun cadre pour temporiser ses propos.

Lundi 17 octobre donc, deux jours après sa diffusion, l'interview officielle "Drink Champs" avec Ye a été supprimée des chaînes YouTube Revolt et Drink Champs. Elle n'est aujourd'hui plus visible et l'un des interviewers, N.O.R.E a même senti qu'il serait de bon ton de s'excuser pour cette émission et les propos qui y ont été tenus. Pour cela, il est intervenu sur la radio Hot 97 expliquant qu'il est désolé de ne pas avoir revu l'entretien avant sa diffusion et qu'il n'avait pas réalisé les propos de Ye avant de revoir la vidéo. Il a aussi dit que Kanye West avait plusieurs fois menacé de quitter le plateau durant l'enregistrement.

"Je ne pensais pas qu'il allait répandre cette idéologie, je ne pensais pas qu'il allait y aller [...] Je pensais qu'il allait boire quelques verres. Il a fumé des blunts avec nous, je pensais que ça allait être léger [...] J'ai compris la leçon, parce qu'en fin de compte, en tant que journaliste, j'ai fait mon travail. J'ai laissé quelqu'un parler. Un journaliste est censé n'avoir aucune opinion, aucune option. Mais, je suis un peu noir. Je suis George Floyd. Je suis Virgil [Abloh]. Je suis ça. Et je ne savais pas jusqu'à ce que je l'aie revu. Je ne regarde pas mes propres interviews, je pense juste que je suis bon ou pas. Alors, quand je me suis regardé, j'étais gêné. Je me disais, 'Attends une minute, qu'est-ce que tu lui as laissé dire ?'"

Dans une interview au "Breakfast Club", il s'est aussi excusé auprès de la famille de George Floyd.

"Je m'excuse auprès de la famille de George Floyd. Je m'excuse auprès de tous ceux qui ont été blessés par les commentaires de Kanye West."

Kanye West s'enfonce plus profondément à l'extrême-droite

Mais si Kanye West impacte aussi fortement son environnement, cela risque d'être bien pire s'il va au bout de son projet d'achat de la plateforme Parler, un réseau social américain d'extrême-droite.

Lundi 17 octobre, Parler Technologies a confirmé un accord dans un communiqué publié sur l'application Parler ce qu'elle a confirmé dans un communiqué.

"Parlement Technologies est heureux d'annoncer qu'elle a conclu un accord de principe pour que Ye, anciennement connu sous le nom de Kanye West, acquière la plateforme Parler. L'acquisition assure à Parler un rôle futur dans la création d'un écosystème où toutes les voix sont les bienvenues."

Le PDG de Parler, George Farmer, a également confirmé le protocole de vente.

"Cet accord va changer le monde et changer la façon dont le monde pense à la liberté d'expression. Ye fait un pas révolutionnaire dans l'espace médiatique de la liberté d'expression et n'aura plus jamais à craindre d'être retiré des réseaux sociaux.@kanye #parler #news #uncancelable".

Ce à quoi Kanye West a ajouté :

"Dans un monde où les opinions conservatrices sont considérées comme controversées, nous devons nous assurer que nous avons le droit de nous exprimer librement."

Cette décision intervient après que Kanye West a vu ses comptes Twitter et Instagram restreints en raison d'une série de messages jugés antisémites, un terme qu'il ne reconnaît pas comme il l'a expliqué un peu plus tard dans une autre interview...

"Je n'aime pas le terme antisémite [...] Vous dites que c'est antisémite, mais je ne crois pas à ce terme. Une chose est que les Noirs sont aussi juifs. Je me classe aussi comme juif, donc je ne peux pas être antisémite."

Ensuite, il a craqué, à nouveau...

"Quand j'ai porté le t-shirt 'White Lives Matter', la mafia juive des médias clandestins a déjà commencé à m'attaquer. Ils ont annulé mes quatre spectacles au SoFi Stadium, ils avaient la presse avec eux, ils m'ont traité d'agresseur pour avoir discuté avec des gens au sujet de mon ex-femme et ma famille, et quand je vois mes enfants et quand je ne les vois pas. Et ils me manquent immédiatement de respect, ils maintiennent le mot 'fou' dans leurs récités, ils ne m'appellent jamais milliardaire, magnat, visionnaire, inventeur. Ces mots ne sont jamais utilisés."

Ce n'est pas la première fois que Kanye West dérape mais cette fois, il semble que la glissade soit plus violente que les autres. Quelqu'un, dans son entourage proche, devrait vraiment penser à l'arrêter...