French Montana : son interview exclusive pour Generations

French Montana : son interview exclusive pour Generations

L'artiste est de retour et s'est confié à LNA pour une interview exclusive.

Après avoir eu des soucis de santé durant l'année 2019, French Montana est de retour pour un des projets les plus importants de sa vie. "They Got Amnesia" est sorti avec une semaine de retard, mais le rappeur s'est énormément impliqué et on le sent. Des samples, des gros feats, tout est là pour que French Montana fasse un retour réussi dans le game. Propos recueillis par LNA.

Ton clip pour le morceau "I Don’t Really Care" est enfin sorti, d’où t’es venue cette idée ?

J’ai pris mon temps pour tout ce projet, je voulais une vraie patte artistique. Mon objectif maintenant est de simplement faire ce que je faisais avant, mais en mieux. Je me suis donc inspiré de tous les meilleurs moments de la culture hip-hop, j’ai regardé beaucoup de clips et j’ai fini par faire cette vidéo comme un hommage à la culture. J’espère que je gagnerai une récompense du meilleur clip de l’année pour cette vidéo.

Ton nouvel album s’intitule "They Got Amnesia", c’est qui "They" ?

J’ai l’impression que les gens oublient. Ils ne te donnent pas la reconnaissance que tu mérites lorsque tu es vivant, mais ils le font quand tu n’es plus de ce monde. Alors, je m’adresse à ces personnes.

Tu as l’air en forme maintenant, quel est le plus gros changement dans ta vie ces derniers mois ?

Je me focalise davantage sur ma santé, j’étais une rockstar. Tout le monde s’oublie un peu quand tu vis cette vie de star, tu gagnes beaucoup d’argent jusqu’au moment où tu t’effondres.

Quelle a été la première étape de ce changement de vie ?

J’ai changé complètement que ce soit la nourriture, le sport, mon entourage, il faut être prêt mentalement. Tu perds des années quand tu bois et fumes, ensuite, tu tentes de les récupérer.

Comment arrive "They Got Amnesia" ?

Pour rester dans un environnement plein d’amour, il faut faire les choses que tu aimes, pour moi, c’était la musique. La musique est thérapeutique, c’est elle qui m’a sortie de la rue, c’est elle qui m’offre cette qualité de vie et qui fait l’homme que je suis aujourd’hui.

Qu’écoutes-tu dans ce genre de moment ?

J’écoute de tout, surtout les sons utilisés pour sampler et ça s’entend dans mon nouvel album.

As-tu un morceau préféré dans ton projet ?

J’aime beaucoup "How You King", je parle de mes victoires et défaites, de mes hauts et mes bas.

Je suis obligée de te parler de Lacrim, car tu avais featé avec lui, gardes-tu un œil sur la scène internationale ?

Oui, ma famille au Maroc m’envoie régulièrement des sons à écouter et j’ai aussi mon cousin à Paris, Youssef, il m’envoie souvent des sons. Et concernant Lacrim, j’adore le feat qu’on a fait ensemble et quand je viens en France, je joue toujours cette musique en live.

Tu es également impliqué dans des actions caritatives, tu souhaitais ouvrir une école de musique au Maroc, où en es-tu ?

Malheureusement, je n’ai pas encore accompli ce projet à cause du covid et les différentes vagues d’épidémie qu’on a traversé. 

 

Elena Oliveri