Aya Nakamura, Bramsito, Malory, Lestin... Notre dossier sur la pop urbaine

Aya Nakamura, Bramsito, Malory, Lestin... Notre dossier sur la pop urbaine

Un style s'élève, un genre musical émerge : la pop urbaine et ses artistes que vous écoutez déjà sans même le savoir...


Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant ! Ce que l'on appelle la pop urbaine est un terme utilisé pour qualifier un

"genre" musical qui s'inscrit de plus en plus dans notre société. Il qualifie un phénomène musical qui émerge en France depuis à peu près dix ans sans que l'on s'en rende compte et qui s'infiltre de plus en plus dans nos playlists. Une dénomination qui peut déranger et qui nous amène à nous poser des questions sur nos propres stéréotypes. Explications.

Dans les médias, on utilise le terme pop urbaine pour parler mécaniquement de tout ce qui sort de la norme dans le monde du rap et ce que l’on ne peut pas aisément classifier. Pour résumer, ce serait une manière de "chanter le rap" ; un rap "musicalissu de la rue mais suffisamment accessible pour être écoutée par le grand public. A partir du moment où cette musique peut être commerciale et diffusée dans des radios plus généralistes, on catégorise alors le phénomène. Il existe une vision encore plus excessive : la pop urbaine serait juste de la chanson française mais qualifiée comme telle car elle est portée par des personnes issues de la communauté africaine.

Ce tournant a été pris par deux grands artistes, Maître Gims avec la Sexion d’Assaut puis en solo et Soprano après l’aventure Psy4 de la Rime. Aujourd’hui, ce sont deux grands artistes grand public qui touchent plusieurs générations.

SOPRANO 

MAITRE GIMS 

 

LA POP URBAINE : Un terme stéréotypé ?

Pour mieux appréhender ce qui se cache derrière le terme de pop urbaine, Generations a rencontré Anne Cibron, manager de Booba et d’Orelsan et productrice pour le label 7 Corp. Elle refuse le terme de pop urbaine pour qualifier les artistes qu’elle signe. Pour elle, ce sont purement et simplement des artistes de la chanson française : «Je n’utilise pas de terme. Ça peut être de la musique, ça peut être du rap, de la pop. Pourquoi pop urbaine ? Juste pour dire qu’elle est noire ? Pourquoi Angèle ferait de la pop et Aya Nakamura ferait-elle de la pop urbaine ? Pourquoi classifier Aya dans la catégorie urbaine et pas Angèle ?» Anne Cibron considère que les artistes qu'elle signe avec Booba chez 7 Corp sont des chanteurs français talentueux avec un univers singulier et ne devraient pas être classés dans des catégories qui les "réduisent" à leur couleur de peau.
Anne Cibron prend les exemples de Lestin et Dixon, deux talents de l’écurie 7 Corp. « Si Céline Dion et Mariah Carey chantent une chanson d’amour, on va les mettre dans une catégorie chanson d’amour mais Lestin et Dixon ont deux personnalités extrêmement différentes et leurs propos sont totalement différents. A part le fait d’être noirs tous les deux et de savoir chanter, ils sont différents dans le champ lexical, dans ce qu’ils ont envie de dire mais surtout dans la personnalité. Peut-être que pour l’instant ça paraît peut-être assez similaire mais il y a énormément de choses qui sont sur le même socle aujourd’hui en France. Toute façon, il y a un ovni tous les dix ans. On peut avoir des choses qui ont des points communs mais que l’on ne peut pas mettre dans la même catégorie. Lestin et Dixon, vous verrez plus tard. Bramsito vous le connaissez un petit peu mieux, mais Lestin en est à ses premières prises de paroles. Vous n’avez pas encore vu le potentiel totalement singulier qu’il a. Bientôt ! » La productrice ajoute que 7 Corp est la partie chanteur de 92i et non pas la partie pop urbaine du label. D’ailleurs, Le Duc et sa manager prônent la liberté artistique et ne souhaitent pas être enfermés dans des codes, leurs artistes non plus : « Mon but est de permettre à des talents de trouver justement leur liberté dans l’expression de leur art et de
les soutenir. Voilà. Mon but n’est pas de les enfermer dans des systèmes débilisant ou débilitant.
 » Ce nouveau genre pour eux, c'est juste la partie chantante de 92i, c'est de la chanson française moderne, pas autre chose. Finalement, lorsqu’on mélange les mots pop et urbain, on ne parle pas forcément d'écriture, de personnalité ou du style de l’artiste mais plutôt de sa capacité à être écouté par le grand public et à être diffusé sans être censuré, critiqué. Un genre urbain qui s’ancre dans le politiquement correct. Ils sont encore peu nombreux aujourd’hui mais commencent pourtant leur conquête des charts. On a voulu dresser une liste des artistes qui comptent parmi les nouveaux talents de cette musique si difficile à définir.


AYA NAKAMURA  

En l’espace de deux ans, elle est devenue la star incontournable de la scène musicale française. Son premier album, "Journal Intime", l’a fait connaître du grand public. Le deuxième, "Nakamura" a élevé au rang de star de la musique urbaine mais surtout française. Son succès, elle le doit à son charisme et son talent. Que vous l’aimiez ou pas, vous connaissez tous par cœur ses sons "Comportement", "DjaDja",  "Copines" ou encore "Pookie".

BRAMSITO

Bramsito a signé un gros featuring nommé "Sale Mood" avec Booba en 2018. Il a ensuite sorti un premier projet, "Prémices", chez 7 Corp, le label du Duc créé en mai dernier. Il fait partie intégrante du monde urbain depuis plusieurs années déjà. Avant de lâcher son opus, il a beaucoup travaillé sur son style musical et sur ses textes. Avec le temps, le chanteur au côté très romantique s'oriente vers ce que l’on appelle la pop urbaine. Une voix puissante et mélodieuse sur des sons de lover. Bramsito est en train d’ouvrir la porte de la chanson française à des artistes qu’on laissait de côté auparavant.

 MALORY

Parmi les artistes dits de pop urbaine, Malory est l’homme à découvrir. Son style rétro nous plonge dans un univers parallèle en quelques secondes. Il mélange véritablement trois facettes de sa personnalité : le funk, les tropiques et l’urbain. Pour sa première mixtape baptisée "Métropole Blues", l’artiste s’est entouré d’une très belle plume du rap français, S.Pri Noir pour un featuring de feu,"Au Réveil". Son projet, sorti vendredi 24 janvier, est un monde décalé.

EVA QUEEN

Eva a déjà marqué les esprits alors qu'elle n'a que 17 ans. En 2019, la chanteuse a sorti son premier album et les fans ont validé son style, son assurance et son talent. Son premier titre "Mood" lui fait atteindre le million de vues en à peine 24h. Très rapidement, cet engouement surtout auprès des 13/17 ans qui aiment son rythme et ses mimiques. D'ailleurs, son premier projet est déjà certifié disque de platine et la jeune chanteuse part en tournée des Zéniths dans toute la France ! Il faut dire qu'elle a su bien s'entourer pour un début de carrière : elle est validée par Keblack, Naza, Lartiste... Ils ont d'ailleurs tous répondu présent dans l'album "Queen".

DIXON

Signé également par Booba, Dixon est l’étoile montante de la pop urbaine. Loïc de son vrai nom a été découvert dans l’émission "Nouvelle Star" mais ça n’a débouché sur rien. Il décide pourtant de continuer la musique en même temps que ses études. Lors d’un voyage à Miami, le hasard fait qu’il rencontre le roi du rap français, Booba ! Le rappeur valide son style et le signe sur 7 Corp. Les choses sérieuses commencent pour l’artiste pop qui nous a lâchés "En vue" en décembre dernier. Dixon c'est déjà le million de vues sur YouTube !

 JOANNA

Très décalée, Joanna possède un style bien particulier. La chanteuse d’origine brésilienne a sorti son EP le 17 janvier. On y trouve le titre "Pétasse" une chanson très féministe qui traite de la domination masculine mais surtout des agressions sexuelles. Elle essaye de déconstruire les rapports hommes/ femmes à travers ses morceaux. Le choix du clip est très prenant à l'image de l'artiste qui marque les esprits.

LESTIN

Lestin, c’est le jeune prodige signé également chez 7 Corp. Très frais, très jeune, le chanteur est en train de tracer son chemin vers le succès. Son premier son intitulé "Dans ça" est sorti en septembre dernier. Un titre qui prend aux tripes. Ambiançant avec un vrai texte, il permet de réellement découvrir la personnalité de l’artiste. Le morceau est le parfait mélange entre l’urbain, l’afro et la pop, les trois influences musicales majeures de Lestin.

ERWANN 

Esprit mélancolique, plume incroyable, Erwann est un artiste très touchant ! Il s'est fait tout seul tout d'abord via sa chaîne YouTube en atteignant le million de vues pour son titre "Survis Sans Nous". Les sonorités sont très pop et soul en passant par le hip-hop : toutes les facettes de sa personnalité sont à retrouver dans ses projets musicaux. Erwann est passé dans les locaux Generations pour nous expliquer ce qu’il pensait de la pop urbaine. Pour lui, c’est Maitre Gims qui a démocratisé ce style : « c’est vraiment un mouvement où c’est très hip-hop sur le corps et où l’aspect mélodique est très fort. Maître Gims était considéré comme un rappeur après il est arrivé avec "J’me Tire". Avec ce titre avec les "Bella", et tous ces autres morceaux, on a senti qu'il a pris une dimension médiatique supérieure. Je dirais que c’est vraiment ce mélange qui a permis à ce style de devenir beaucoup plus populaire. » Aujourd’hui, Erwann, lui, se considère plutôt comme un électron libre. D’ailleurs, il vient tout juste de sortir un titre baptisé "SuperWoman", un son sur la malvoyance. Ému, Erwann raconte qu’un proche est confronté à une perte totale de la vue. Une épreuve qui au premier abord, semble insurmontable mais qui, avec la force, le courage, l’envie de se battre, peut être temporaire.

La rédaction a pu rencontrer Erwann pour une interview exclusive. Le chanteur est revenu sur son parcours d'artiste mais aussi sur le parcours de la pop urbaine. Pour lui, c'est Maitre Gims qui a démocratisé ce style : "C'est vraiment un mouvement où c'est très hip-hop sur le corps, et il y a vraiment l'aspect mélodique. Maitre Gims était considéré comme un rappeur après il est arrivé avec "J'me Tire". Avec ce titre, avec les "Bella", et tous ces autres morceaux, on a senti qu'il a pris une dimension médiatique supérieure. Je dirais que c'est vraiment ce mélange qui a permis à ce style de devenir beaucoup plus populaire."

Après ça, l'artiste est revenu sur sa propre vision de la musique. Aujourd'hui, Erwann se considère être un électron libre. D'ailleurs, il va  sortir très prochainement un titre baptisé "SuperWoman". Ce son chante la malvoyance. Ému, Erwann nous raconte qu'un proche est confronté à une perte totale de la vue. Une épreuve qui au premier abord, semble insurmontable mais qui, avec la force, le courage, l'envie de se battre, peut être temporaire. Il nous explique à travers ce nouveau titre et un reportage réalisé par ses soins que tout est surmontable. Une philosophie de vie !

Vous l'aurez compris, le terme de pop urbaine ne laisse personne indifférent et peut même amener à se poser des questions sur nos propres stéréotypes sociaux malgré le fait qu’il soit de plus en plus utilisée dans notre vocabulaire pour qualifier ces artistes émergeants qui mélangent plusieurs sonorités. Une chose est sûre : il y a bien un nouveau genre qui est arrivé en France avec la Sexion d’Assaut, Soprano et plus récemment encore avec Aya Nakamura. Mais devons-nous vraiment lui donner un nom en rapport avec l'origine de ces artistes ? On vous laisse vous forger votre propre avis…