Booba lance son opération de communication autour d'"Ultra"

Booba lance son opération de communication autour d'"Ultra"

Il a donné des interviews à Brut et à "C ce soir"

Si jamais vous ne le saviez pas encore, Booba va sortir le dernier album de sa carrière demain, vendredi 5 mars 2021. Il espère d'ailleurs établir une grosse marque puisqu'il a lui-même annoncé 80 000 ventes en première semaine. Pour cela, il a beaucoup parlé sur les réseaux sociaux comme à son habitude. Mais depuis hier, mercredi 3 mars, son opération de communication a pris un autre tour puisque certains médias français comme Brut et France 5, dans l'émission, "C Ce soir" l'ont eu en interview. Le Duc met toutes les chances de son côté pour réussir son pari et imposer "Ultra" comme l'album de l'année.

Alors que Booba n'est pas forcément un rappeur que l'on pourrait qualifier d'engagé, il débute pourtant son interview chez Brut en rappelant que les quatre policiers qui ont tué George Floyd ont été libérés sous caution et remis en liberté. Relancé sur le sujet, il insiste sur le fait que "plus personne n'en parle" alors que lui le fait "depuis le début" dans ses chansons au contraire d'Instagram où tout le monde a mis des "petits carrés noirs parce que c'était trendy".

Ensuite, la journaliste enchaîne sur le rebond que cela a tout de même apporté dans l'affaire Adama Traoré. Mais là encore Booba est sceptique.

"C'est de la récup'. S'il faut attendre un autre décès pour parler d'Adama, ce n'est pas sincère. Il y a des combats à mener mais les combats, c'est bien de les mener si on peut les gagner. Comme je dis dans une chanson, "Le flic tueur d'Adama Traoré sera acquitté". Jamais la France ne va mettre en prison ses soldats, il faut être réaliste". 

Et s'il respecte le combat d'Assa Troré, il pense aussi que "c'est perdu d'avance malheureusement". Et si la journaliste lui oppose le qualificatif de pessimiste, lui se voit plutôt comme un "réaliste".

Place ensuite à la musique et à "Ultra" son dixième et dernier album.

"Ultra ça me définit un peu, je n'ai pas vraiment de milieu. Soit je suis très très gentil, soit très très méchant. Ultra quoi, les extrêmes [...] Ce n'est pas la farandole ma musique, je parle de ma vie, de ce que je pense, des gens, des trucs de société, c'est la réalité. Je la trouve sérieuse ma musique, j'ai des vraies punchlines, je dis des vraies choses."

Et c'est certainement pour cela qu'il est encore là alors qu'il a 44 ans. Il est d'ailleurs étonné d'être toujours au top à son âge.

"Je crois que j'ai un Guiness. J'ai un record mondial vu mon âge et vu que je suis toujours numéro 1. Je crois que dans le monde, il n'y a pas de rappeurs qui ont accompli ça. Jay-Z, son dernier album, il est tout pourri, personne ne l'écoute, donc je crois que je le seul. Donc ouais, je suis étonné bien sûr. Quand tu as un certain âge pour moi, ça ne sert à rien de continuer si tu n'es plus dans la course. Moi, je suis un compétiteur donc si je ne suis plus sur le podium, j'arrête, j'ai honte en fait."

Il est aussi revenu sur son amour de la langue française qu'il a "customisée" ou son bannissement d'Instagram : "j'ai pris perpète". On attend avec impatience la partie 2 de l'interview dans laquelle Booba explique qu'il "travaille sur une série" comme "producteur/acteur".

Un thème sur lequel il est revenu dans l'émission "C ce soir" sur France 5.

Il a aussi reparlé de ses liens particuliers avec la France.

De la bagarre d'Orly avec Kaaris.

Ou de sa sensiblerie qui le rend parfois "Ultra".

Le plus simple, c'est sans doute de revoir l'émission dans son intégralité...

Mais ce n'est pas tout, le Duc a aussi balancé sa première vidéo sur le réseau social TikTok avec les influenceurs de la French House et ensemble, ils ont tous repris un des tubes de Booba, "Validé".