Michel : le symbole des violences policières

Michel : le symbole des violences policières

La vidéo de son agression remet en cause la loi sur le droit de filmer les policiers.

Evidemment, ce serait facile de se dire que, quand on est un média rap comme Generations, on est forcément anti-flics. Qu'on a grandi en écoutant "Nique la police" du matin au soir. Evidemment, c'est un gros cliché mais cela devait être dit avant d'aborder le sujet des violences policières. Elles sont toutes condamnables et même si on comprend qu'entre les gilets jaunes, les manifestations diverses et variées, le risque d'attentat, etc, les forces de l'ordre sont sur les dents, ça n'excuse ni le racisme, ni la violence.

Or, depuis hier, on trouve sur Internet une vidéo affreuse, littéralement, qui regroupe tout ce que l'on déteste chez les détenteurs d'une autorité et particulièrement de la police qui est censé protéger et servir et pas user de sa force comme d'un blanc-seing pour tabasser et insulter un homme. Surtout que l'homme qui se fait maltraiter dans cette vidéo, tout le monde dans le milieu du rap le connaît, il s'agit de Michel, qui a travaillé avec La Fouine, qui produit des artistes et des événements comme la tournée "L'âge d'or du rap français". Mais qu'on le connaisse ou pas n'est pas vraiment le problème. Le problème, c'est la façon dont ont agi les agents des forces de l'ordre. Parce que personne n'avait de téléphone pour les filmer, ils se sont lâchés. Sauf que le studio où se sont déroulés leurs exactions est équipés d'une caméra de surveillance. Résultat, tout le monde a vu et a été choqué par une scène violente, dégradante, honteuse. C'est pour éviter ça que nos chers législateurs veulent interdire de filmer les forces de l'ordre ? Dans ce cas, une seule solution, désobéir. Et filmer, photographier, dénoncer les bavures et la violence des forces de police.

Imaginez que si Benalla n'avait pas été filmé en train de tabasser des manifestants, il serait sans doute toujours en poste ! Dans le premier cercle du président de la République... Et que si ceux que l'on voit se déchaîner contre un homme sans défense n'avait pas été filmés n'auraient sans doute pas été punis. Là, le ministre de l'intérieur n'a rien pu faire que de condamner ces exactions et demander une enquête ainsi que la mise à pied des policiers concernés.

Michel, un producteur de musique, a été tabassé par trois policiers samedi dernier à Paris. Ils l’ont ensuite accusé à tort d'avoir voulu prendre leurs armes et de rébellion.

Mais les policiers ignoraient une chose : tout a été filmé. pic.twitter.com/PTo71fzJzP

— David Perrotin (@davidperrotin) November 26, 2020

Il faut aussi comprendre que de ne pas réagir à de telles images aurait été une erreur politique. Et on peut penser d'ailleurs que sa réaction n'est pas dictée par le bon sens mais plutôt par calcul, mais ça c'est une autre histoire.

La violence de cette "intervention" est telle que tout le monde a été choqué et que Darmanin a été obligé de se rendre à la télévision pour répondre aux questions que tout le monde se pose : pourquoi tant de violence ? Jusqu'à quand cela va-t-il durer ? L'idée n'est pas de stigmatiser l'ensemble des forces de police mais de mettre fin aux agissements d'une minorité violente et raciste, les brebis galeuses, ceux qui se rendent coupables de ce type de choses. Quatre policiers sont d'ores et déjà suspendus, c'est bien, mais ensuite ? On les laisse à la maison puis on leur redonne une arme et on les laisse repartir dans la rue ? Jusqu'à ce qu'il y ait un mort ? Toujours est-il que le choc a été à la hauteur de la violence de l'arrestation de Michel et qu'il y a eu un élan de solidarité rare dans le rap français pour le soutenir et demander des comptes

Et ils veulent qu'on arrête de les filmer...
Force à Michel ???? https://t.co/YERFKO1Fkz

— RIM’K ⚡️ (@rimkofficiel) November 26, 2020

C’est donc pour ça qu’ils veulent nous interdire de filmer ? ????????‍♂️????????‍♂️ https://t.co/KNjtkClaka

— GRADUR (@GRADIDUR) November 26, 2020

 

Mais les réactions ont été bien au-delà du cercle du rap français comme vous pouvez le voir ci-dessous. Parce que si Michel est producteur et évolue dans notre milieu depuis des années, il est surtout devenu un symbole des dérives policières, de sa violence et de son racisme.

J'ai mal à ma France ! @GDarmanin https://t.co/78HRfoyqhA

— Antoine Griezmann (@AntoGriezmann) November 26, 2020

La leçon évidente qu’il faut tirer de la séquence insupportable des violences des policiers samedi soir c’est que la garantie de nos libertés passe par le droit de filmer l’action de la police. L’#Article24 a desormais des chances de ne jamais voir le jour. Tant mieux #Michel

— Anne Sinclair (@anne_sinclair) November 26, 2020

sans les vidéos il se serait passé quoi pour Michel ? on aurait préféré croire la version des policiers sous serment ? #commedhab @GDarmanin https://t.co/Ke7InUHmQz pic.twitter.com/PLSQ6nbKY3

— Benjamin Mendy (@benmendy23) November 26, 2020

Profondément choquée par cet acte intolérable. Toutes les conséquences doivent être tirées de ces faits d’une exceptionnelle gravité. L’État de droit n’est pas négociable. Tout mon soutien à Michel. https://t.co/Fo4KVFP7V2

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) November 26, 2020

Profondément choquée par cet acte intolérable. Toutes les conséquences doivent être tirées de ces faits d’une exceptionnelle gravité. L’État de droit n’est pas négociable. Tout mon soutien à Michel. https://t.co/Fo4KVFP7V2

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) November 26, 2020

On espère juste que Michel va se remettre de cette agression et que, au vu de la violence et du racisme de son passage à tabac, la loi sur le droit de filmer ou ne pas filmer les policiers ne passera pas.

Grégory Curot



En ce moment sur Generations

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios