DJ Mehdi, un an déjà…

DJ Mehdi, un an déjà…

Le 13 septembre 2011, on apprenait la mort d’un des plus grands DJ français. DJ Mehdi, qui n’avait que 34 ans, a laissé une marque indélébile dans toutes les mémoires.

Mehdi Favéris-Essadi, plus connu sous le nom de DJ Mehdi, est né le 20 janvier 1977. Il a grandi à Gennevilliers dans le 92 et il est l’un des premiers jeunes de banlieue à s’être sorti de cette misère grâce au hip-hop. C’est en 1992 qu’il intègre Idéal J, le groupe formé par Kery James, en tant que compositeur. Le deuxième album du groupe marque le début de l’ère de Mehdi car il change littéralement les beats de « Le Combat Continue. »

A partir de cet album, il ne fait que de monter. En 2000, l’album de 113 « Princes de la Ville » - pour lequel il est compositeur – gagne deux victoires de la musique : Révélation et Album rap de l’année.

Après avoir bien marqué le rap français en collaborant notamment avec Akhenaton, MC Solaar, Mafia K’1 Fry ou même Booba, DJ Mehdi se tourne vers un genre de musique très différent, l’électro. Evidemment, il va également y cartonner. Il sort son premier album qu’il appelle « (The Story of) Espion » en 2002 et un autre en 2006, intitulé « Lucky Boy. »

Le 13 septembre 2011, il reçoit quelques potes chez lui. Le plancher, fait de plexiglas (ou de verre selon les sources), se brise sous le poids des quatre hommes. Les trois amis de Mehdi se relèvent, blessés. Lui ne se relèvera plus.

Evidemment, le rap français a pris un coup sur la tête et n’a pas tardé à réagir. Voici quelques-unes des réactions de certaines personnalités :

Mokobé du 113 dit que ce serait grâce à DJ Mehdi qu'il a signé son meilleur album, Princes de la ville, et que « personne ne lui arrivait à la cheville ».

Pour Rohff, un ami d'enfance, la musique de DJ Mehdi était « avant-gardiste ».

Mc Solaar constate qu'« il y avait des orchestrations avec beaucoup de violons, comme si on était en Égypte ». Il remarque aussi que « Dans ses productions, on trouvait toujours un fond old school hip-hop, avec une touche de house. Mehdi avait sans cesse trois morceaux en même temps dans sa tête. »

Le Ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, fait l'éloge de Mehdi : « Magicien des platines, mais aussi producteur audacieux, virtuose du métissage des genres musicaux complètement différents, » il souligne que « cet artiste d'origine tunisienne venu du rap, toujours chaleureux et discret, avait su faire résonner la musique électro à la française à travers le monde. » et que « grâce à l'importance qu'il donnait à l'image, à son avidité d'expériences nouvelles, ses musiques continueront à vivre pour notre plus grand plaisir, dans des films tels que Megalopolis ou Taxi 3. »

Jeannette Bougrab, secrétaire d'État à la jeunesse et à la vie associative : « C’est avec émotion et une grande tristesse que j’apprends la disparition de Mehdi Favéris-Essaidi dit Dj Mehdi. Il incarnait le rêve à la française. Jeune des quartiers populaires de la ville de Gennevilliers, il a réussi dans un domaine difficile : la musique. Il a su faire aimer à un public toujours plus nombreux les musiques urbaines. Il est à l’origine de plusieurs succès de groupes de RAP comme Idéal J, 113 ou le collectif Mafia K'1 Fry. Son talent irremplaçable manquera à la scène urbaine française. »

D’autres ont souhaité lui rendre hommage dans leurs musiques, comme Youssoupha et Rim’K.

Booba lui rend un hommage pendant son concert à Bercy, devant plus de 17 000 fans.

 



Mehdi Favéris-Essadi aka DJ Mehdi (20 Janvier 1977 - 13 Septembre 2011)
Repose en Paix

.


Tags :
dj-mehdi

11 commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Generations

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios