Ligue des Champions : l'année des remontadas !

Ligue des Champions : l'année des remontadas !
(Crédits : Ouest-France)

Alors que la finale de la Ligue des champions approche, on se penche sur un phénomène qui est arrivé a beaucoup d'équipe cette année : les remontadas !

le PSG, le FC Barcelone, Liverpool, Tottenham… Ils sont nombreux cette saison à avoir subi ou réussi des remontadas. Des retournements de situations improbables qui font du football un sport d’exception que le public adore.

(Vidéo du média L'Equipe)

Les équipes qui passent : une affaire de coeur !

Le point commun des équipes ayant réalisé des remontadas : les tripes et le coeur ! Partir de matchs allers ou de scores parfois inespérés requiert un mental d’acier, une volonté de fer. Il n’y a pas forcément besoin de superstar ou de moyens financiers démesurés, la preuve, les clubs qui ont réussis cette année que ce soit Manchester United, Liverpool ou Tottenham ont été privés de leurs meilleurs éléments blessés ou suspendus aux moment des faits. En revanche, ces équipes ont un point commun, elles évoluent toutes les trois en première league, un championnat réputé comme l’un des meilleurs du monde avec un pouvoir attractif et sportif énorme.

La première division anglaise est également reconnue pour ses équipes tenaces, qui se battent sur le terrain de la première à la toute dernière minute d’un match. C’est ce dernier ingrédient qui ajoute le piment de la D1 anglaise et permet au championnat de proposer des matchs disputés très (parfois trop) physique tout en donnant aux équipes anglaises des armes pour briller sur la scène européenne.

Les victimes des remontadas: des favoris parfois fébriles ! 

Au contraire, de l’autre côté du terrain les équipes qui subissent ont souvent (à l’exception peut être de l’Ajax cette année) un profil similaire. Clubs réputés, donnés grands gagnants la plupart du temps, les perdants des remontadas sont dans une position qui finalement n’est pas toujours la plus simple : celle de favoris. Des matchs allers réussis ou des scores fleuves qui devraient les mettre plus ou moins en sécurité, les desservent parfois en les plaçant dans une position  prédestinée à la victoire qu’il peut être compliqué d’assumer.

Difficile alors, pour les joueurs de supporter la pression de publics exigeant. On a l’exemple parfait avec le PSG qui a subi pas moins de trois remontadas en 5 ans, butant chaque années sur les quarts de finale. Particulièrement impactantes, les deux dernières contre-performances face au Barça puis contre Manchester cette année, ont montré les limites de joueurs qui n’ont pas pu supporter le costume de favoris.

Si les remontadas font parfois très mal, elles sont finalement essentielles pour le suspens et la beauté du foot. C’est aussi l’occasion pour des équipes jeunes et des joueurs qui découvrent le haut niveau (Amsterdam par exemple) de gagner en expérience pour revenir plus fort les prochaines années. 



En ce moment sur Generations

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios