Diam's sort du silence

Diam's sort du silence

Diam's s'est confiée à un média saoudien, Arab News.

Beaucoup de rumeurs courent sur Diam's. Depuis qu'elle a quitté le rap en 2009 pour mener une vie plus spirituelle éloignée du game, on a quasiment tout entendu sur Mélanie Georgiades. Alors qu'habituellement, elle réserve sa communication à ses réseaux sociaux et aux livres qu'elle écrit, elle est, pour une fois, sortie du silence pour donner une interview à un média d'Arabie Saoudite où elle réside désormais avec sa famille.

Cela faisait sept ans et son passage dans l'émission de TF1 "Sept à huit" que Diam's n'avait pas donné d'interview filmée à Arab News, suite à son deuxième hajj, le traditionnel pèlerinage des Musulmans à La Mecque. Dans cette entretien, on la sent en paix avec elle-même, avec ses convictions, fortes de sa croyance et de sa vie de famille désormais comblée, forte aussi de sa vie tournée vers les autres à travers la Big Up Foundation.

"Aujourd'hui, dans tout ce qui se passe dans ma vie, le bon comme le mauvais, je sais qu'Allah m'écoute et répond à mes interrogations, même si je dois attendre. Allah est là pour les gens patients"

Mais avant d'en arriver à cette relation apaisée avec elle-même, elle a dû gérer tous les fantasmes qu'on fait naître sa conversion et la "disparition" du personnage de Diam's pour laisser la place à Mélanie. Ce qui n'a pas été sans mal, et les photos volées par des photographes peu scrupuleux n'ont pas aidé...

"Je ne dirais jamais que ce n'est pas moi. Non, c'était moi. Mais maintenant, je suis comme ça. Je sais que ça a été un gros choc pour les Français. Ils me connaissaient comme la chanteuse que j'étais et puis, un jour, j'apparais avec un voile. Vous savez, les paparazzi m'ont prise en photo devant une mosquée. Les gens se sont demandé comment c'était possible. Le voile, c'est impossible pour eux, voua savez. Et au début, je n'en ai pas parlé aux médias, car je ne savais pas quoi dire. La foi, c'est très difficile à expliquer."

C'est la foi qui l'a sauvée, elle qui finalement n'aspirait au bonheur comme cela transparaissait dans chacun de ses titres, notamment dans l'album "Dans ma bulle" où ce sentiment était particulièrement prégnant.

"Un jour, j'ai réalisé que tout ça, l'argent, le succès, le pouvoir ne m'ont pas rendue heureuse. Je cherchais le bonheur. J'étais vraiment très triste et j'étais seule. Je me demandais pourquoi j'étais sur cette terre. Je savais que ce n'était pas pour être riche ou célèbre parce que j'avais ces choses et qu'elles ne me rendaient pas heureuse. Alors j'ai commencé à chercher des réponses à mes questions. Avant de me convertir à l'Islam, je ressentais une tristesse dans ma vie parce que je n'avais pas réalisé que tout ce que je devais faire était de parler à Dieu. Maintenant pour tout ce qui se passe de bien ou de mal dans ma vie, je sais que j'ai Allah pour m'écouter et répondre à mes prières."

Mélanie Georgiades a la parole rare mais ces mots sont toujours aussi forts. Alors, si nous, auditeurs, sommes nostalgiques du diamant, nous ne pouvons qu'être heureux pour Mélanie qui semble bien plus épanouie aujourd'hui qu'elle ne l'était à l'époque.

Grégory Curot



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Generations

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios