Drake : le fan numéro 1 des Toronto Raptors !

Drake : le fan numéro 1 des Toronto Raptors !

Fan de NBA et surtout grand supporter des Toronto Raptors, Drake n’hésite pas à faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider sa franchise à gagner !

Toujours en lice dans la course au titre NBA, les Raptors de Drake bataillent avec Milwaukee pour arracher leur qialification afin de défier les Warriors en finale ! Alors que la franchise canadienne, qui mène 3 victoires à 2, est plus proche que jamais de clore sa série face au Bucks, Dreezy sent que son équipe a besoin de tout le soutient possible et s’emploie à déstabiliser les adversaires de Toronto de la meilleure des manières comme à son habitude. Retour aujourd’hui sur ce que le Champagne Papi a fait de plus fou pour ses chers Raptors.

 

Perturber les équipes adverses, la marque de fabrique de Dreezy :

Dreezy aime parler. Toujours debout, en train de crier sur le bord du terrain, impossible de ne pas le remarquer : tout est bon pour déstabiliser l’adversaire. Très récemment par exemple, on a pu le voir s’égosiller sur le bord du terrain pour déstabiliser la jeune superstar Giannis Antetokounmpo alors sur la ligne des lancers francs pendant le match 4 des finales de conférences. Sûr de lui, le rappeur se permet même de parler aux arbitres ou d’intervenir pendant les temps morts ! Une situation qui exaspère fortement Mike Budenholzer, le coach des Bucks, qui pense que Drake dépasse les limites : “Je ne sais pas combien de temps il est sur le terrain. On a l'impression, à entendre les médias, que c'est bien plus important que ce que je pense. Il n'y a en tout cas pas de place pour les fans, ou ce que lui fait, sur le terrain. Il y a des limites pour une raison et comme je l'ai déjà dit, la Ligue est généralement assez efficace pour gérer ce genre de choses."

Si Drizzy se fait remarquer en cette édition 2019 des playoffs pour ses joutes verbales avec les joueurs et les arbitres, ce n’est pas la première fois que ce genre de choses lui arrive. L’artiste a toujours été un supporter très, voir trop intrusif. Il avait entre autres choses failli en venir aux mains avec l’ex-joueur des Cavaliers Kendrick Perkins la saison dernière, après avoir échangé quelques mots doux durant un match de playoffs entre Toronto et Cleveland. Un cas parmi d’autres quand on sait que le phénomène s’était déjà produit avec un autre basketteur en la personne de John Wall que le Champagne Papi agaçait avec son trashtalking lors d’une série de playoffs entre Wizards et Raptors l’an dernier.

Un rappeur très investi financièrement pour les Raptors :

Certes le rappeur s’égosille sur le bord du terrain mais il est en revanche très actif en dehors ! En effet, le canadien investit beaucoup d'argent dans sa franchise de coeur. Preuve de ce partenariat, on a déjà pu voir la marque O.V.O orner les maillots de l’équipe de Toronto symbole de l’affection et de l’engagement de l’artiste. Mieux encore, il a déjà fait part de sa volonté, si jamais une occasion apparaît, de racheter la franchise entière. Un investissement de temps, d’argent et d’énergie massif qui témoigne de l’amour véritable de Dreezy pour sa franchise.

L’ambassadeur de sa franchise de coeur :

En dehors de son argent, Drake investit également sa personne entière dans les Toronto Raptors. Le rappeur a été élu par la franchise canadienne comme l’ambassadeur officiel de celle-ci. Une gratification qui lui donne le statut de représentant officiel de son équipe favorite, mais aussi d’actif dans sa franchise puisqu’il a depuis cette nomination, un oeil sur la ligne de vêtement proposée par l’entreprise que représente les Raptors.

Cette désignation nouvelle entraîne aussi des responsabilités, des devoirs que Dreezy peut parfois oublier. Représenter une franchise dans la grande entreprise qu’est la NBA demande de se plier aux règles que celle-ci impose. C’est ce qu’a négligé Drake en 2016, lorsqu’il a ouvertement tenter de séduire Kevin Durant hors de la période de free agency estivale (l’équivalent du mercato de l’été au football), alors que ce dernier hésitait sur ses choix de carrière, ce qui est interdit en NBA. Une initiative qui a valu aux Raptors pas moins de 25 000 euros d’amende.


 

Des faits divers déjantés :

Prêt à tout et n’importe quoi pour que son équipe gagne, quitte à dépasser les limites, le rappeur n’a aucun scrupule à déployer tous les moyens possibles pour atteindre ce but. Suite à la malédiction qu’on lui attribue, selon laquelle il fait perdre les équipes dont il porte les couleurs, Drake n’a pas hésité à revêtir un short des 76ers de Philadelphie pour que ces derniers perdent face à son équipe lors des demi finales de conférences 2019. L’année dernière encore, le rappeur s’était permis de traiter les adversaires des Raptors, les Washington Wizards de “clochards”

Les exemples de la folie de Drake concernant la NBA et Toronto se multiplient. Il faut reconnaître que cette année, le rappeur a atteint son pic en termes de comportement remarqué et déstabilisant. Cette année une radio de Milwaukee à carrément décidé de le boycotter  pour protester contre ses agissement ! On a hâte de voir s’il réussira à perturber les Warriors de Golden State, l’une des meilleures équipes de l’histoire, qui se dresseront devant les Raptors si ceux-ci arrivent à battre Milwaukee...

 

- Lucas Désirée



En ce moment sur Generations

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios