Si les candidats aux élections étaient des rappeurs…

Si les candidats aux élections étaient des rappeurs…

Et vous ? Pour qui vous voteriez ?

A désormais quelques heures du début du premier tour des élections présidentielles, la tension monte autour des candidats. Les punchlines se font plus violentes, plus agressives, au point que tout ça finisse un peu par nous faire penser au rap jeu et à sa compétition qui ne se finit jamais. Et comme dans le rap, tout le monde se prend beaucoup trop au sérieux, une bonne dose d'humour et d'autodérision ne leur ferait pas de mal.

Du coup, on a essayé d'égayer un peu toute cette actualité, en essayant d'imaginer quel rappeur pourrait correspondre à chaque candidat. 

 

Jacques Cheminade : Jacques Cheminade est devenu l’une des stars de la présidentielles, grâce, notamment, à ses idées plutôt inattendues sur la conquête spatiale, et notamment le fait de vouloir exploiter les ressources minières de la Lune ou de Mars. Depuis, il s’est fait une place dans le paysage politique français. Tout le monde éprouve de la sympathie pour lui, les gens en parlent beaucoup, mais personne ne voterait pour lui si on devait élire le représentant du rap en France. Et comme c’est un peu un OVNI de la politique, et qu’il a la tête dans les étoiles, Jacques Cheminade serait donc… Jul !

Philippe Poutoux : Philippe a réussi son coup pour ces présidentielles. Il a réussi à faire parler de lui, à venir à la télé et balancer ses punchlines bien saignantes, dire ce qu’il avait à dire, même si ça fait chier tout le reste du game. Son attitude est plutôt détachée. Le gars s’est quand même pointé en T-Shirt à son débat, au calme. On sent que le mec ne veut pas vraiment devenir le boss du game, juste faire chier le monde en leur disant les choses qui blessent. Tout le monde a éprouvé un élan de sympathie pour lui a moment où il a balancé ses tacles à Fillon et Le Pen. Punchlines, je-m’en-foutisme, affection du public : Philippe Poutoux est Lorenzo ! Venu faire du sale, mamene, pour baiser tout le game.

Nathalie Arthaud : une attitude très agressive, des sorties qui font mal, et surtout, une des seules femmes à s’être fait une place dans ce monde rempli d’hommes (encore un point commun entre le rap et la politique, d’ailleurs…). Nathalie Arthaud fait partie de ceux qui savent qu’ils ne seront pas élus, mais qui sont là pour défendre leurs idées, que les gens adhèrent ou non. Une politicienne qui devrait peut-être avoir plus de buzz, mais qui refuse d’aller dans le sens du vent pour que les gens l’écoutent. Nathalie Arthaud est donc Keny Arkana !

Nicolas Dupont-Aignan : un candidat plutôt discret, mais attention ! Quand il sort les punchlines, comme pendant le second débat, il défouraille à vue, sans trop viser, et éclabousse tout le monde. Le candidat s’est plaint d’être boycotté par les médias, puisqu’il n’était pas invité au premier débat, et qu’il s’est fait censurer par le patron du Figaro. Fuck it, le candidat est bien décidé à mettre le feu dans ces présidentielles, même s’il doit passer pour un fou. Boycotté par les médias, avec des textes qui choquent toute la France : Dupont-Aignan est Alkpote, qui serait boycotté par Skyrock, et particulièrement par l’animateur Fred, ce qui lui avait inspiré cette fabuleuse punchline : ‘’Donner de la force à des sales putes je ne ferais plus ça, j’en ai rien à foutre d’aller à Skyrock voir Fred Musa’’.

François Asselineau : Asselineau fait lui aussi partie des outsiders, ceux qui n’ont finalement que très peu de chances de monter sur le trône, mais qui sont bien décidés à essayer de toutes leurs forces. Sa particularité, c’est une bonne dose d’humour, d’ironie, de second degré, et surtout, une tendance à verser dans le complotisme. On n’arrive pas à savoir quand il est sérieux et quand il déconne, comme lorsqu’il se lance dans une imitation de Macron. De l’humour, un goût prononcé pour les complots : Asselineau est Vald ! Lezarman est partout, Lezarman est babtou, il vous avait prévenu.

Benoît Hamon : un candidat qui vient d’une très grosse écurie, le PS, mais qui malheureusement voit tous ses soutiens l’abandonner petit à petit pour des candidats ou des écuries qui ont plus de buzz. Heureusement, il lui reste quelques soutiens fidèles. Cette campagne aura été synonyme de trahisons et de clashs internes pour Benoît Hamon, même si lui semble garder la tête haute et tout faire pour porter son truc le plus loin possible. Pour toutes ces raisons, Benoît Hamon est Zoxea ! Zoxea, qui au cours de sa carrière, a multiplié les ruptures douloureuses, avec Booba, avec LIM, avec 1995, issu lui aussi d’une grosse écurie (Beat 2 Boul), et toujours entouré de ses deux fidèles acolytes, Dany Dan et Melopheelo.

Jean Lassalle : un candidat qui détonne par son décalage avec les autres. On se demande un peu ce qu’il fait là, et on a un peu du mal à le suivre dans certains de ses délires. Grand séducteur et amateur de femmes, on ne sait pas s’il veut vraiment être le king, ou s’il est juste là pour essayer de serrer une petite journaliste. C’est aussi une grande force de la nature d’1m90, qui a été berger, un métier très physique, Jean est peut-être le candidat qui nous fait le plus rire de tous. Pour toutes ces raisons, Jean Lassalle ne peut être personne d’autre que Kaaris, grand amateur de femmes lui aussi, et qui s’impose petit à petit en humoriste du game grâce à ses vidéos sur Facebook complètement WTF.

François Fillon : François Fillon, c’est le parrain du game politique français. 15 000 affaires en cours, tout le monde le clashe, mais il reste là et pourrait bien encore prétendre au trône, lui qui a déjà occupé de très hautes fonctions par le passé. Le gars brasse un max d’oseille, et on lui reproche souvent son manque d’humilité. Mais lui s’en fout, et continue à tracer sa route vers le sommet. François Fillon est donc Booba, inévitablement : des clashs à n’en plus finir, tout le game veut sa peau, mais il continue à faire partie des meilleurs. ‘’Nouveau Riche, ma Lamborghini a pris quelques dos d’ânes’’.

Jean-Luc Mélenchon : MC Mélenchon, c’est le gros buzz du moment. En bien ou en mal, tout le monde en parle, et il fait partie de ceux qui ont une grande chance de se qualifier pour monter sur le trône. L’ancien s’est fait remarquer par ses punchlines cassantes, son ton agressif, et une carrure politique qui fait peur à tous ses adversaires, qui n’osent finalement presque pas l’attaquer. On peut donc dire que Mélenchon a beaucoup de street crédibilité, même s’il manque un peu de swag dans ses grandes vestes de couvreur. Un très gros buzz, une bonne street cred, des punclines agressives et une attitude toujours énervée : Mélenchon est Sofiane, adepte du ISHH ISHH !

Emmanuel Macron : le candidat Macron est l’électron libre de cette élection. Pas de parti, mais un buzz qui ne cesse de monter depuis le lancement de sa campagne. Tous les médias en parlent, et il est pour l’instant le grand favori des sondages. Toutefois, même s’il veut absolument passer pour un self made man, il a lui aussi été lancé par une très grosse écurie avant de les lâcher pour voler de ses propres ailes. Il est jeune, il est ambitieux, il est plus beau que les autres et tous les médias le veulent : Macron est Nekfeu, qui a lui aussi été lancé par Zoxea à ses débuts, avant de le quitter lui aussi.

Marine Le Pen : Bon… On va pas se mentir, le moment de choisir un rappeur qui correspondrait à Marine Le Pen a été une sacrée galère ! Soucieux de ne s’embrouiller avec personne, on a pas voulu piquer l’ego des rappeurs, qui, tel le ballon de baudruche, gonfle toujours plus mais devient de plus en plus fragile. Des idées et une tête qui font peur, Marine Le Pen sera donc Croc Blanc, le rappeur nazi. Pas de risques, pas d’histoires comme ça. 




0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire, il faut être connecté : Se Connecter - Créer un compte (gratuit)


ECOUTE ICI   

La Musique revient vite...

  Se Connecter - Créer un compte | Webradios