Tony Parker : Une carrière immense pour un basketteur hors du commun !

Tony Parker : Une carrière immense pour un basketteur hors du commun !

Après 18 saisons en NBA et de nombreuses performances historiques, Tony Parker a décidé de prendre sa retraite, l’occasion pour nous de revenir sur son incroyable carrière.

Il était temps, après 18 saisons d’une magnifique carrière, que Tony Parker dépose le jersey et quitte les parquets. Un choix difficile et réfléchi pour le meneur mythique des Spurs qui laissera un vide terrible dans l’esprit des fans de basket. Champion NBA, plusieurs fois all-star, MVP des finales 2007, champion d’Europe… Les récompenses de TP parlent pour lui. On revient sur la carrière de l’un des plus grands pionniers du basketball français.  

 

Un palmarès et des statistiques immenses en NBA :

Arrivé en NBA par la petite porte après avoir éclaboussé la France de son talent, TP9 n’était pas vraiment prédestiné à briller sur les parquets NBA. Le meneur est choisi seulement en 28ème position lors de la Draft 2001 et intègre l'équipe déjà bien huilée des Spurs avec un Gregg Popovich (l'entraîneur iconique des Spurs) qui apprécie peu son style de jeu à l'époque. Une situation difficile à priori mais pas pour Tony Parker. En effet, après quelques temps sur le banc, le français va passer titulaire avant de gagner la confiance de coach Pop et de s’imposer à la NBA comme un meneur confirmé puis un all star en puissance. 6 fois invité au all-star game, MVP des finales en 2007, plusieurs fois élu dans la All-NBA second team (2012, 2013 et 2014) et la All-NBA third team (2009), Parker a surtout gagné 4 titres en NBA (en 2003, 2005, 2007 et 2014). En plus de ses distinctions multiples, Tony P a même battu quelques records de précocité. Il a été le plus jeune joueur de l’histoire des Spurs mais aussi le meneur de jeu le plus jeune à avoir été titularisé en NBA. Du début à la fin donc, le français aura construit un magnifique palmarès de records et de prix en tout genre que beaucoup de basketteurs rêveraient d’avoir.

 

L’un des fers de lance du basket français :

Outre la NBA, Tony Parker a toujours été l’un des membres les plus assidus de l’équipe de France. Si pour certains cela peut paraître normal, il faut savoir que la NBA n’est pas du tout compatible avec les compétitions de la FIBA (Fédération International de Basketball) et qu’il est parfois très difficile pour les joueurs de la grande ligue de se libérer pour les compétitions internationales. C’est pourtant ce que Tony Parker s’est toujours arrangé pour faire,  contribuant par son talent à faire de la France la grande nation de basket qu’elle est aujourd’hui. Depuis la présence du meneur de jeu tricolore, l’EDF n’a cessé de progresser au point qu’elle est aujourd’hui l’un des pays les plus craints et respectés, rivalisant en termes de talent avec des mastodontes tels que les lituaniens ou les espagnols.

Cet apport, cette position de fer de lance du sport français, Tony Parker ne l’a pas eu uniquement sur la scène internationale. Le Spurs a également ouvert la voie en NBA pour ses compatriotes, en prouvant sur le terrain que la France avait elle aussi du talent à revendre sous les panneaux. Ainsi, c’est aussi grâce à TP si on peut croiser les Nicolas Batum, les Evan Fournier et autres Rudy Gobert aujourd’hui sur les parquets de la grande ligue. On peut même aller plus loin en disant que TP9 a été l’un des ambassadeurs du basket européen aux U.S.A en s’inscrivant dans une génération de joueurs talentueux et fidèles à leurs racines parmi lesquels on retrouve certains cadors comme Dirk Nowitzki ou Pau Gasol.

 

Une icône des San Antonio Spurs :

Si TP a fini sa carrière avec une dernière année chez les hornets de Charlotte, c’est bien à San Antonio qu’il se sent le mieux puisque c’est là bas qu’il a effectué ses 17 précédentes saisons en NBA. Pur produit du recrutement et de la formation du staff des Spurs, TP a fait partie et a grandement contribué à la dynastie de San Antonio. Epuré, collectif, rappelant presque le style européen, les Spurs ont dominé les années 2000 ainsi que le début des années 2010 et restent une équipe d’expérience régulièrement classée parmi les franchises les plus performantes. Un statut que le club doit en grande partie a son big three mythique composé de Tim Duncan, Manu Ginobili, et donc notre Tony Parker national. Avec ces trois joueurs ultra-talentueux et très complémentaires, les Spurs ont réussi à glaner pas moins de 4 titres NBA au nez et à la barbe de stars telles que LeBron James ou Kobe Bryant (rien que ça !). Élément majeur du jeu de la franchise texane, TP a été le patron offensif de ces Spurs qui ont fait rêver toute une nation, devenant une légende du jeu mais avant tout un symbole de la domination de San Antonio sur la NBA.


 

Un héritage énorme :

Vous l’aurez compris, Tony P a été très important que ce soit dans sa franchise, pour la NBA, ou dans son pays natal. C’est donc plutôt logiquement que le meneur à reçu une masse de messages, d’hommages, de marques d’affection et de respect à l’annonce de sa retraite. Car en plus d’une trace statistique, et de distinctions marquantes, TP c’était aussi une impression visuelle incroyable. Ultra-rapide, le meneur de jeu compensait son shoot parfois douteux avec des moves de classe internationale et des drives fatals pour les défenses. Il a ainsi développé des gestes techniques qui lui sont propres comme par exemple ses spin moves fulgurants ou son teardrop légendaire a mi-chemin entre shoot à mi-distance et lay-up. Des gestes aujourd’hui repris par une multitude de jeunes joueurs qui ne se cachent pas d’avoir copié le français. A l’heure actuelle, presque tous les arrières et les “petits” joueurs de la grande ligue utilisent le teardrop de TP sans que cela ne choque personne. Ce move est devenu presque mythique à l’image du fadeway de Dirk Nowitzki ou du step-back de James Harden.

Avec son héritage, TP a su se faire respecter notamment par le jeune garde qui montre un énorme respect pour la star française.

 

 

Une vraie évolution dans le jeu de TP :

Joueur intelligent, déterminé et assoiffé de victoires Tony Parker a toujours su faire ce qu’il faut pour gagner. Scoreur d’élite, très vif et parfois unidimensionnel dans son style à ses débuts, le français a su s’adapter à l’évolution de la NBA et à un âge grandissant en développant un shoot fiable (proche des 40 % de réussite en fin de carrière alors qu’il ne dépassait pas les 30 à ses débuts), une capacité à gérer le tempo de ses équipes et à faire les bonnes passes pour impliquer ses coéquipiers. Il a ainsi réussi, avec ce cocktail, à se maintenir au top tout au long de sa carrière en apportant très souvent une énorme plus value à ses différents coéquipiers que ce soit par son leadership ou ses performances. L’année dernière, TP était encore chez les Hornets l’une des pièces maîtresses de son effectif en réussissant à apporter presque 10 points par match à son équipe à 37 ans !

Éthique de travail, intelligence et talent, trois choses qui ont fait de Tony Parker l’homme immense qu’il est aujourd’hui. On ne peut que rendre hommage à ce meneur de jeu légendaire qui a tant apporté au sport français.